Installer ce thème
Hors-série Courrier International : “Ces Français qui s’exportent”

Le Who’s Who des personnalités qui font parler d’elles à l’étranger

Hors-série Courrier International : “Ces Français qui s’exportent”

Le Who’s Who des personnalités qui font parler d’elles à l’étranger

La pyramide de Maslow 2.0

La pyramide de Maslow 2.0

Lettre à Doria Tillier

Doria,

Je me permets de te tutoyer. Tu ne me connais pas, mais on s’est déjà vues. (Enfin, JE t’ai déjà vue, “en vrai" sur le plateau du Grand Journal)

D’ailleurs je t’ai même croisé avant. Je me rendais sur le tournage de l’émission avec mon copain, et il t’a aperçu… Bien sûr, un canon comme toi ça se rate pas. Mon mec te voit, sourit, s’excite ; je suis jalouse, vexée, hargneuse.

Je te détestais déjà avant bien sûr, toi et tes beaux cheveux - beaux yeux - belles dents (trio combiné peu répandu dans la nature). Je voyais mon copain attendre chaque soir ta chronique et rire à tes blagues inlassablement… 

Tu me volais la vedette chaque soir pendant 5 minutes et je te haïssais pour ça.

Et puis, au lieu de vouloir te trouver le moindre défaut en scrutant tes déguisements, ton maquillage, tes faits et gestes, je me suis enfin mise à t’écouter.

Depuis ce jour, je suis Doria de toi

Tes textes sont remarquablement bien rédigés, clairs, efficaces, parfois cinglants. En plus c’est toi qui les écris… Bien vu.

Oui c’est bien vu de te laisser cette liberté, parce que, je le reconnais, tu es drôle Doria. Toujours un petit regard, une phrase bien sentie, un sourire en coin..

Tu as de l’humour et surtout de l’audace. Qui oserait tutoyer Copé sans le connaitre, porter une mini-verge autour du cou, faire la météo du corps d’Amanda Lear?

Tu vois, je suis comme beaucoup de gens, j’ai failli m’arrêter au physique. Heureusement que j’ai finalement pensé à écouter ce que tu avais à dire.

Et puis il y a quelques jours mon admiration pour toi a atteint son apogée. Ce moment où j’ai définitivement compris que tu avais tout pour me plaire.

Ce moment c’était le 6 novembre : ta prestation avec Nicolas Bedos, inoubliable.

Déjà tu lui as fait fermer son clapet. Pas évident à faire, jouissif à regarder… Ensuite tu as défendu ton intégrité, et remis ainsi subtilement Monsieur Bedos à sa place. Tu sais, toutes les nanas n’en sont pas capables, et beaucoup rêvent de  remettre un bon connard à sa place… Et enfin tu as créé un buzz considérable.

Merci Doria, merci. Merci de montrer à tous qu’une nana bien roulée peut aussi être intelligente et surtout bien culottée.

Pour le plaisir de relire le texte de ta chronique :

J’ai lu de la page 52 à 55, vous parlez de votre passage ici l’année dernière, qui vous a laissé un souvenir périssable. À l’exception de la météo, c’est là que cela devient palpitant. Vous parlez de cette jeune actrice, brillante, méchante mais courageuse. Brillante ? Oui ! Méchante ? Oui ! Courageuse ? Oui…

"Vous en dressez un portrait extrêmement flatteur, j’ai adoré la digression que vous faites sur les girls du Crazy… Le parallèle est assez surprenant ! Mais en même temps, je vous remercie de donner du corps à son talent… Ça me touche d’autant plus que danser nue, avec des jolies lumières et des messieurs qui regardent en buvant un verre, c’est vraiment un rêve de petite fille… Donc bien vu ! La tête ailleurs mais la plume bien présente...”

"Si les textes de la miss météo n’écrasent pas de leur génie ceux de ses prédécesseuses… Ce mot ne connait pas de féminin

"Et j’ai gardé le meilleur pour la fin. ‘Ce que le public du Grand Journal ne savait pas ce soir-là, c’est que le numéro de Doria couronnait des années d’amitié’… Bah, je ne savais pas qu’on suçait les potes !

Dans les années 80, on recherchait le consommateur en chaque individu. Aujourd’hui, nous devons rechercher l’individu en chaque consommateur.
Boris Durisin
Pyramide de l’utilisation des médias

Pyramide de l’utilisation des médias

Facebook incite les médias à publier davantage de contenu sur son site

Pour Facebook, le calcul est simple : plus les médias mettent leurs contenus en ligne sur le réseau social, plus le trafic généré sur leur site web sera important. Seulement, il semble que Twitter ait un temps d’avance sur ce créneau.

Facebook a alors trouvé la parade pour pousser davantage de médias à publier leurs contenus sur leur page. Une nouvelle fonctionnalité, “stories to share" (histoires à partager), suggère automatiquement des pages médias sur Facebook des articles parus sur leurs propres sites internet mais pas sur le réseau social, alors qu’ils ont un bon potentiel d’effet viralCet outil va suggérer aux éditeurs de publier certains articles susceptibles d’engendrer un fort trafic, s’ils étaient postés sur le réseau social et ne restaient pas uniquement dans le site web… En somme, Facebook prémâche le travail des community manager des sites médias! L’entreprise a même réalisé un test pour cette nouvelle fonctionnalité avec les publications de 29 sites médias. Ils ont augmenté leur nombre de posts sur Facebook de 57%, et ont alors vu leur trafic sur site augmenter de 89%! L’effet de levier est bien là.

Cela va de soi, le géant américain ne fait pas ça par pur altruisme, et a de réels enjeux sur ce créneau. La publication de davantage de posts enrichit le contenu et la crédibilité du site. Cela permet donc d’améliorer le ciblage des utilisateurs et d’augmenter ainsi la valeur de ses annonces publicitaires… Les médias et la firme américaine sont tous deux gagnants : les médias touchent une plus large audience par viralité et Facebook obtient un plus grand nombre de pages vues et de présence sur le réseau.

 

La publicité qui passe par les os de votre cerveau

Une entreprise allemande a développé une technologie permettant de transmettre des publicités via les vitres des trains lorsque les passagers fatigués se reposent sur elles. 

La technologie utilisée est celle de la combustion crânienne : un petit transmetteur collé à la fenêtre émet des vibrations transmises à l’oreille interne par les os du crâne. Le concept a été développé par l’agence de communication BBDO Germany et diffusé par Sky Deutschland


La pépite a été présenté au Festival International de Créativité le mois dernier à Cannes. Le spot publicitaire qui accompagnait la présentation du projet résumait : “Les passagers fatigués se reposent souvent la tête posée contre la vitre. Soudain une voix leur parle de l’intérieur, et personne d’autre ne peut entendre ce message”. 

La technologie de la combustion crânienne a déjà été utilisée pour les appareils auditifs ou les écouteurs, et également par les magiciens qui faisaient croire à leurs cobayes que des voix résonnaient dans leurs têtes… Google prévoit aussi d’utiliser cette technologie pour le futur casque Google Glass. 

Le porte-parole de BBDO Germany indique : “Pour l’instant, la diffusion est limité au marché allemand. Dans le futur, tout est possible. C’est réellement une nouvelle technologie qui devrait servir non seulement pour la publicité, mais aussi pour la musique, le divertissement, l’information, la météo, etc…”


Si notre boîte crânienne est utilisée à corps défendant, notre estomac pourrait bientôt protéger nos données confidentielles. Motorola prépare une pilule qui nous transformerait en véritable mot de passe ambulant! Le comprimé contiendra en fait une puce électronique activée par les sucs gastriques. L’acide de l’estomac fait alors office d’électrolyte, transformant le corps entier en un système d’authentification grandeur nature. Une pilule par jour et plus besoin d’entrer un seul mot de passe! Touchez votre smartphone, votre PC, votre porte, votre voiture : vous êtes identifié.

JCDecaux met l’accent sur le numérique dans les aéroports

L’enseigne d’affichage JCDecaux accélère son virage numérique, notamment sur son marché de prédilection : les aéroports. L’interactivité avec les voyageurs va être renforcée.

L’affichage, comme tout autre média, doit mener de front son entrée dans l’ère numérique. Ce marché est très prometteur, puisque l’Institut de recherches et d’études publicitaires (Irep) évalue les recettes de l’affichage digital à 10,6 millions d’euros au premier trimestre 2013. Cela correspond au double des recettes de la même période en 2012.

Ce succès s’explique par l’interactivité et l’instantanéité que permet ce média. Il s’agit d’un canal très efficace, plébiscité par les grandes marques.

Avec un écran géant digital d’une surface de 17 m² dans le hall 2 d’Orly Ouest déployé jusqu’à la fin de l’année, Renault est un des fidèles clients de JCDecaux. L’afficheur a également travaillé avec Guerlain (groupe LVMH) pour la sortie du parfum “La Petite Robe Noire”. Un écran géant de 39 m² avait été installé et diffusait le spot publicitaire en plusieurs langues.

Les usagers des transports aériens, notamment les touristes, les businessmen ou les seniors, constituent une audience captive et de qualité. Disposant d’un fort pouvoir d’achat, ils sont une des cibles favorites des marques. 

JCDecaux place le numérique au cœur de sa stratégie pour le mobilier urbain également. Plusieurs outils interactifs ont été expérimentés, comme le vote sur des abribus digitaux du “parfum Haagen-Dazs le plus irrésistible" ou l’affichage dans les rues d’Angers d’une publicité La Redoute, dont les tenues du mannequin s’adaptaient aux changements de temps et variaient en temps réel. 

10/13/13 — 4:29pm Adresse courte: http://tmblr.co/ZhYDrsxXyVbD Classé dans: #télé 
L’Amour est dans le Pré, 3 raisons clés du succès

image

Hier soir la dernière émission de l’Amour est dans le Pré a été diffusée sur M6. L’épisode du “bilan” revenait sur le parcours des agriculteurs depuis la fin du tournage. Il a rassemblé 5,5 millions de téléspectateurs, pour une part d’audience de 28,1%. Pendant l’émission M6 s’est imposée pour la neuvième semaine consécutive 1ère chaîne auprès de l’ensemble du public, et 1ère chaîne auprès des fameuses ménagères.

Quels sont les 3 raisons clés de ce succès?


1. Télé-réalité version fleur bleue

Oui, l’Amour est dans le Pré est bel et bien une émission de télé-réalité. Elle en conserve les codes : des personnes de la “vraie vie”, des candidats sélectionnés en amont, filmés 24h/24, dont on suit l’évolution à chaque épisode. Seulement, l’Amour est dans le Pré est plus “soft” que les autres. Pas de coït dans le jacuzzi ou d’insultes trash en tout genre! Nous avons à faire à de braves agriculteurs, travailleurs, gentils et plus matures que “Les Chtis” par exemple… L’amour est au cœur du concept. Il n’y a pas non plus de processus d’éliminations ou encore d’isolement des candidats. On suit l’évolution des relations, d’un speed dating à un phase test de découverte de la vie de l’autre. Le programme étant plus soft, il touche un plus large public. Il correspond également bien aux attentes de la ménagère de moins de cinquante ans, plus sensible aux déclarations d’amour mielleuses de Bernard à Claudette, plutôt qu’au récit des soirées hollywoodiennes d’Amélie et Nabila…

image

2. La France nature à l’honneur

Cela peut paraitre anodin mais l’émission fait la part belle aux régions de France, à notre terroir! On y découvre des métiers, des produits typiques, on visite notre beau pays… Cela facilite l’identification des téléspectateurs et peut être un argument supplémentaire pour regarder le programme! Surtout, pour une fois, on met en lumière des agriculteurs peu habitués et peu préparés au monde de la télévision. On s’intéresse aux vrais gens, loin du monde des strass et paillettes. Ils en ressortent donc à l’image plus naturels, plus sincères, donc plus touchants! Le téléspectateur a moins de doutes sur l’authenticité de ce qui se passe et adhère plus facilement au programme. Bien entendu, la production veille à diffuser les moments les plus émouvants, les plus drôles ou les plus cocasses. 

image

3. Des histoires d’amour sincères

L’émission permet aux agriculteurs de rencontrer des “prétendantes”. Par ce biais, elle répond à un besoin social légitime : la solitude affective dans les campagnes. En effet, débordés par la quantité de travail et la plupart du temps isolés, les agriculteurs peuvent avoir des difficultés à rencontrer des gens. Bien souvent, leur rythme de travail est très soutenu et il y a aussi tout simplement moins d’habitants dans les campagnes… C’est ici que se situe le point névralgique du programme car cette situation émeut les téléspectateurs. On est bien plus touchés par l’union d’un agriculteur célibataire depuis des années avec une jolie provinciale plutôt que par le mariage bidon d’Amélie et Senna… Il est très important d’acquérir la confiance du téléspectateur et de le faire rêver avec de belles histoires. De nombreux agriculteurs repartent en couple, et finissent mariés et parents par la suite… Karine Le Marchand se plaît toujours à énumérer le nombre de mariages et d’enfants suite au passage dans l’émission.

image

En résumé, le succès de l’émission tient à plusieurs ingrédients : de belles histoires, issues de démarches sincères et vécues par de vraies personnes, des moments émouvants, dans de beaux décors sur fond de musique romantique…